single

Artistes

STEVE COLEMAN & FIVE ELEMENTS

0

Steve Coleman Web

Steve Coleman (saxophone alto), Kokayi (MC, voix), Jonathan Finlayson (trompette), Anthony Tidd (basse électrique), Sean Rickman (batterie).

Le saxophoniste Steve Coleman est un véritable génie qui est devenu une source d’inspiration pour toute une génération du Jazz. Il a été l’un des premiers à voir les possibilités qu’offraient le rap et les DJ pour renouveler cette musique, et est ainsi devenu un maître pour de nombreux musiciens en dehors des frontières du Jazz. En outre, Steve Coleman a étudié les origines africaines et caribéennes du Jazz, notamment la musique cubaine, ce qui s’est traduit par sa collaboration avec AfroCuba de Matanzas. Tous les groupes qu’il a formés (Metrics, The Mystic Rhythm Society, The Council of Balance) ont été révolutionnaires à leur époque, comme le public du Jazzaldia en a été témoin au fil de ses éditions , où Coleman s’est produit pour la première fois en 1994 et se produira pour la sixième fois lors de la 57e édition du Jazzaldia.

Steve Coleman est né à Chicago en 1956. Il a commencé à jouer du saxophone alto à l’âge de 14 ans, en écoutant les disques de Charlie Parker et en voyant occasionnellement se produire le ténor Von Freeman, l’une des figures les plus novatrices du Jazz, bien que sa première inspiration ait été Maceo Parker, le saxophoniste de James Brown et, de fait, le premier groupe dans lequel il a joué, faisait du funk. Il a rapidement découvert Charlie Parker et est arrivé à la conclusion que la scène artistique de Chicago devenait trop petite pour lui.

Coleman s’installe à New York en 1978 et y travaille avec le big band de Thad Jones et Mel Lewis, avec Sam Rivers et Cecil Taylor. Il a accompagné Doug Hammond, David Murray, Dave Holland, Mike Brecker et Abbey Lincoln dans les studios d’enregistrement. Cependant, la réussite de Coleman est venue de la rue, où il se produisait fréquemment avec le trompettiste Graham Haynes. C’est là que les graines de ce qui allait devenir Steve Coleman et Five Elements se sont mises à germer.

Le groupe a développé ses concepts musicaux dans de petits clubs de Harlem et de Brooklyn. Il s’agissait d’une improvisation dans des structures cycliques, une idée que Coleman et ses amis ont appelée M-Base et qui a également servi à donner son nom au mouvement.

Le dynamisme de Coleman l’a amené à participer à une multitude de groupes et de projets et, dans le même temps, tout en continuant de faire vivre Five Elements depuis sa création. La musique de Steve Coleman avec Five Elements a été réunie dans plusieurs albums extraordinaires, tels que The Sonic Language of Myth (1999), The Ascension to Light (2000), Alternate Dimension Series I (2002), Harvesting Semblances and Affinities (2010), et Functional Arrhythmias (2013).

L’amalgame d’improvisations vocales et musicales de Coleman, superposées à une base rythmique d’influence africaine, a ouvert de nouvelles voies dans la musique créative et l’a placé à l’avant-garde des innovations dans la musique noire. Ses techniques de composition s’inspirent non seulement de l’improvisation, mais aussi de la spontanéité, concevant la musique comme une forme de vibration et d’énergie.

http://m-base.com/

https://www.instagram.com/mbase1235/

https://twitter.com/mbase

https://www.facebook.com/mbaseconcepts

 

 

Comments are closed.